Menu
 

La Tribune

Rédigé le Lundi 4 Avril 2016 à 17:09 | Lu 7071 fois


« Ils ferment leurs frontières, nous ouvrons nos écoles »

Crédit photo : Eden Shavit
Crédit photo : Eden Shavit
Nous, étudiant.e.s, personnel.le.s de l'enseignement supérieur, et professeur.e.s solidaires, décidons d’oeuvrer collectivement à ouvrir les portes de nos universités et de nos écoles à celles et ceux qui fuient les guerres, les discriminations , les persécutions et les désastres économiques et environnementaux, quels que soient leur statut administratif et leur nationalité.

Nous prenons acte de l'impuissance de l'Europe à mettre en place des politiques d'accueil respectant la dignité et l'intégrité des exilé.e.s. Nous constatons les pratiques déshumanisantes des pouvoirs publics qui refusent de considérer ces femmes et ces hommes comme des individus animés de projets et de désirs, mais parlent de flux, de chiffres, de menaces, au mieux de potentiels, qu'il faudrait gérer, optimiser, contenir. Nous avons été les témoins de la logique d'attente interminable qui dépossède, à petit feu, les demandeur.se.s d'asile de tout rêve et de tout espoir. Et parce qu'il est scandaleux de rester indifférent.e face au pourrissement des existences que produisent ces politiques, parce qu'il est intolérable de ne pas réagir face au manque de moyens destinés à assurer une vie décente sur le territoire d'installation, il nous semble nécessaire aujourd'hui d'appeler à une nouvelle conception de l'accueil.

Qu'on se tienne un instant parmi les assemblées générales des exilé.e.s des camps à Vintimille, à Calais ou à Paris, dans les centres d'hébergement partout en France, aux côtés des associations politiques de migrant.e.s, auprès des organisations de défense des étranger.e.s. On entendra, parmi les revendications élémentaires et vitales du droit aux papiers et au logement, une demande s'élever : le droit à l'éducation, à l'apprentissage du français, à la reprise d'études. Car souvent, les personnes en exil n'ont pas accès à des cursus scolaires ou universitaires et les associations de cours de français sont débordées. Celles et ceux qui ailleurs se reconnaissaient comme étudiant.e, intellectuel.le, et se projetaient dans un métier, ne se voient défini.e.s ici qu'à travers des catégories administratives arbitraires et appauvrissantes. Se tient donc un lieu : l'école. Une certitude : que la langue et la connaissance sont les fondements de la dignité et de la reconstruction de soi. Une revendication : la liberté d’étudier et de développer ses projets sur le sol où l’on vit.

Nous avons décidé de répondre à cette nécessité. Partout, depuis septembre 2015, des groupes se constituent, des programmes s'ouvrent, très souvent soutenus par la direction des écoles et des universités, pour faciliter l'accès aux savoirs et à l'apprentissage du français aux réfugié.e.s – qu'ils et elles aient été reconnu.e.s comme tel.le.s ou non par l'administration française. C'est le cas, déjà, à Paris 8-Saint Denis, dans les ENS de Paris, Lyon, Cachan et Rennes, à Paris 7-Diderot, à l'ENSAD, à l'EHESS, à l'ENSCI, à AgroParisTech, à la FEMIS, dans de nombreuses autres écoles et universités, à travers des associations de Français Langue Étrangère également, comme InFLEchir ou Thot. Aujourd'hui, des centaines de réfugié.e.s et exilé.e.s ont intégré les structures d'accueil que nous contribuons à construire. Nous refusons l'iniquité, et des institutions nous soutiennent dans cet engagement. Il ne s'agit pas de produire ici un nouveau projet de gestion "humanitaire", ni de s'inscrire dans une logique de charité : ce sont trop souvent les noms de l'asymétrie et de la dépossession. Au contraire, nous pensons qu'il faut faire l'effort de travailler ensemble avec les forces de ceux et celles qui ont traversé les frontières, et qui ont bien plus de solutions à proposer que nous n'en aurons jamais. Il est impératif de fonder ces espaces communs.

Notre action s'inscrit dans une double urgence : d'un côté, l'accès au droit fondamental qu'est l'éducation pour tou.te.s; de l'autre, l'exigence de faire de l'université le lieu par excellence de l'ouverture et de l'émancipation.

Organisation de cours de Français Langue Étrangère, mise en place de tandems linguistiques, d'activités culturelles et sportives, de films et de discussions, ouverture aux infrastructures des établissements d'accueil (bibliothèques, restaurants, campus), aide à l'orientation, accompagnement dans les démarches, tutorat enseignant et binôme étudiant, conférences où la parole est donnée aux migrant.e.s, moments festifs de rencontre… La liste des possibilités est longue et les initiatives réussies nombreuses. Etudiant.e.s et professeur.e.s en sont souvent à l'origine : il suffit de quelques personnes déterminées pour assurer que les établissements s'emparent de leurs responsabilités. À l'automne dernier, les promesses des président.e.s d'université1 et les appels à ouvrir leurs établissements aux réfugié.e.s2 avaient entraîné une nuée d'espoir : assurons-nous que cette mobilisation prenne effet partout où elle est nécessaire.

Nous, étudiant.e.s, personnel.le.s de l'enseignement supérieur, et professeur.e.s solidaires, nous constituons en collectif afin de motiver et promouvoir la création de programmes similaires. Notre collectif propose de mettre en réseau l'ensemble des initiatives existantes ou émergentes, afin de s'organiser pour répondre aux besoins des premier.e.s concerné.e.s. Nous appelons ceux et celles qui ne savent pas où commencer, comment faire, à qui s'adresser, mais qui ont pourtant conscience de la nécessité d'agir, à nous contacter.

Chaque initiative est autonome et indépendante: nous souhaitons organiser un collectif horizontal de travail et de confiance entre tou.te.s celles et ceux qui défendent les mêmes revendications ; un terrain fertile pour montrer qu'il est possible de s'organiser autrement, et pour lutter en faveur du droit à l'éducation et à la dignité de tou.te.s les exilé.e.s.

Le Réseau Etudes Supérieures et Orientation des Migrant.e.s et des Exilé.e.s (RESOME), constitué par des étudiant.e.s, personnel.le.s et enseignant.e.s de l'EHESS, l'ENSAD, la FEMIS, l'ENS Ulm, d'AgroParisTech, l’ENSCI, l'ENS Lyon, Paris 8 - Saint-Denis, Paris 10 - Nanterre, Paris 7 – Diderot, de l’ESSEC et les organisations suivantes : association MIGRENS, Voyage au bout de la 11, RUSF Paris-8, InFLEchir.
Pour nous contacter : contact@resome.org

Vous souhaitez signer la tribune ?